RUGBY. Le Leinster bientôt face à son plus grand défi ?

Depuis le début de la semaine, les fans du Leinster savent qu’ils s’apprêtent à vivre la dernière saison de Stuart Lancaster dans le staff de la province irlandaise. Une chose est sûre, l’Anglais n’est pas anodin au rayonnement des Boys in Blue ces dernières années. Après le fiasco qu’il a connu lors de la coupe du monde 2015 en tant que sélectionneur du XV de la Rose, Lancaster est arrivé sur la pointe des pieds en Irlande. Intégrant un staff contrôlé par Leo Cullen, il a pris de plus en plus d’importance au fil des années. Les chiffres ne mentent pas et le futur entraîneur du Racing 92 a bien rempli son armoire à trophée. Arrivé en 2016 dans le staff du Leinster, l’ancien joueur de Leeds a remporté quatre United Rugby Championship (2018,2019,2020,2021) et une Champions Cup en 2018… face à son futur club. Une période faste pour les Irlandais qui ont construit ces succès sur des joueurs talentueux (Ringrose, Sexton, Keenan, Lowe, Furlong…) dirigés par un staff bien construit et articulé autour du gourou Leo Cullen. RUGBY. TRANSFERT. Stuart Lancaster en Top 14, c'est (presque) bouclé selon la presse irlandaiseUn staff qui s’émiette et un avenir brumeux ? Si la majorité des forces vives du Leinster porte toujours le maillot bleu de la province, on ne peut pas en dire autant du côté du staff. En l’espace de quelques mois, le club a laissé filer certains hommes forts du squad, notamment à la fin de la saison dernière. Tout d’abord, c’est l’entraîneur des arrières, Felipe Contepomi, qui s’est envolé vers son Argentine natale pour devenir adjoint de Michael Cheika chez les Pumas. Arrivé en 2018, le départ de l’ancien ouvreur du Stade Français va laisser une trace dans l’animation offensive du Leinster. Mais ce n’est pas tout puisque Denis Leamy, membre du staff depuis 2019, a aussi quitté le navire. L’ancien international irlandais (57 sélections) est dorénavant entraîneur de la défense au Munster. Des départs qui révèlent forcément la qualité du travail fourni par ces hommes. Une fuite des cerveaux qui se parachève par la démission de Mick Dawson, directeur général du Leinster. Arrivé au club en 2001, Dawson a participé à l’éclosion d’une province qu’il quitte après deux décennies de succès. Contepomi, Leamy, Dawson sont déjà partis, Lancaster achèvera son expérience à la fin de la saison. Le Leinster aura donc perdu une partie de ses têtes pensantes, reste à savoir si leur remplacement sera opéré de manière judicieuse afin de perpétuer les victoires et les titres. Sur le terrain aussi, un cas pose question. À 37 ans passés, quid de l’avenir de Jonathan Sexton dont le contrat expire en 2023 ? Le Leinster semble donc entrer dans une phase de renouvellement, un moment charnière pour toutes les grandes équipes. Avec deux victoires en autant de matchs en URC, le Leinster a bien débuté la saison avant de se déplacer en Ulster ce week-end. Hasard du calendrier, Lancaster et le Leinster commenceront la Champions Cup par un déplacement… au Racing 92 le 9 décembre prochain.

×